Ecologie au quotidien

...parce que chaque geste compte pour l'environnement

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Les écolo-actus Le billet du mois De la difficulté de manger bio

De la difficulté de manger bio

Envoyer Imprimer PDF

Effet de mode, méfiance vis à vis  de l'agriculture traditionnelle et de l'industrie chimique, envie de préserver sa santé, envie de retrouver le vrai goût des produits, pour de multiples raisons propres à chacun nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir mettre du bio dans notre assiette. Cela devrait être une bonne nouvelle et pourtant cet engouement a son revers de la médaille: aujourd'hui remplir son panier bio devient un véritable parcours du combattant. A qui la faute?

Tout d'abord, et en écrivant cela nous n'allons pas nous faire que des amis, aux exploitants agricoles eux-mêmes. En effet, tout porte à penser que nos agriculteurs français sont très frileux par rapport aux méthodes bio et aujourd'hui moins de 2% des terres arables sont consacrées à l'agriculture biologique. Ce chiffre nous place parmi les plus mauvais élèves en Europe, à titre de comparaison il dépasse les 13% en Autriche et l'Italie représente aujourd'hui 20% de la production de Bio en Europe. Pourquoi donc alors qu'ils disent traverser la plus grave crise de leur histoire nos paysans sont si peu nombreux à se convertir au bio? Certes les contraintes liées à ce mode de culture exigent plus de travail et donc plus  de temps et de main d’œuvre, ce qui engendre un léger surcoût de production. Certes il faut aujourd'hui en moyenne 3 ans(temps nécessaire à l'élimination des polluants dans le sol) pour convertir une exploitation traditionnelle à l'agriculture biologique. Mais depuis 2000, le marché du bio connait une croissance ininterrompu de10% par an et même 25% pour la seule année 2008.

La faute également aux pouvoir publics. Prenons l'actualité, hier le Président Sarkozy a annoncé un plan d'aide à l'agriculture nationale d'environ 600 millions d'euros. Que n'annonce-t-pas plutôt un plan d'aide à la conversion à l'agriculture biologique? Si les exploitants agricoles sont frileux, n'est-ce pas aux pouvoirs publics de les "motiver"? N'est-ce pas aux politiques de tracer les grandes orientations de demain? Le président Sarkozy a voulu montrer son dynamisme en matière de développement durable en mettant un œuvre ce que l'on appelé le "Grenelle de l'environnement mais depuis on ne voit plus beaucoup évoluer les chose. L’agriculture biologique est un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques et de l’autonomie des agriculteurs, en matière de développement durable nous tenons la un sujet d'importance.

Moralité faute de volonté tant de la part des exploitants agricoles que du pouvoir politique, la France qui fut pionnière de l'agriculture biologique au début des années 80 se retrouve aujourd'hui complètement à la traine et se voit chaque année obligée d'augmenter ses importations de produits bio (30% de notre consommation en 2008). Aujourd'hui la  France manque de lait, de céréale, de fruits et de légumes bio. Cela a une conséquence non négligeable: aujourd'hui les produits bio que nous consommons sont "dopés au CO2" et nous perdons ainsi une bonne partie de l'intérêt environnemental de ce mode de culture

Mise à jour le Mercredi, 18 Novembre 2009 13:22  

Le Saviez vous?

1,5 millions de barils de pétrole est nécessaire chaque année pour fabriquer les bouteilles d eau consommées par les américains.

Sondage

Comment juger vous la nouvelle formule du site?